Un Tiers-Lieu … et encore?

Tiers Lieu et centre ville
Photo issue de :https://www.blog-des-collectivites.fr/accueil/mieux-vivre-ensemble/collaborer/quest-ce-quun-tiers-lieu

Un Tiers Lieu c’est quoi ?

Le terme est originaire des Etats-Unis et provient de « Third place » c’est à dire un lieu qui n’est ni son domicile, ni son lieu de travail, où vont néanmoins être réunis des moyens, des outils, des méthodes permettant le développement de projets ou d’actions nouvelles.

L’objectif global est de favoriser l’innovation sociale, d’y être une force de proposition concrète.

Les enjeux y sont généralement de faire des propositions sociétales, d’initier des actions en reconsidérant la manière dont se pense la création de valeurs et ce qu’elle apporte en terme d’intérêt général…

Des expertises variées :

Une de ses caractéristiques est de faire cohabiter des mondes différents et parfois contradictoires. Il provoque ainsi des dialogues, des frictions parfois, des réflexions partagées là, où les expertises clôturent habituellement le débat…

Il y règne une grande diversité de profils et d’intentions ce qui génère un ensemble de savoirs et de pratiques. On parle donc, dans ces lieux, d’approches « transdiciplinaires » qui permettent d’appréhender sur site, la totalité du cycle de vie d’un projet – ceci procure aussi un gain de temps et d’énergie conséquent.

Chaque domaine de compétence et chaque expertise se trouvent ainsi valorisés et identifiés comme des pièces incontournables d’un grand puzzle. Un projet, une entreprise, c’est effectivement aussi et surtout, l’assemblage d’une multitude de pièces et ce, quelle que soit la valeur du porteur de projet initial .

Les Fondamentaux de l’intelligence collective :

Les fondamentaux des dits « Tiers Lieux » sont ainsi les mêmes que les bases de l’intelligence collective. A l’opposé des logiques d’opposition, d’appropriation et de compétition, ils se développent aussi dans l’ouverture, le partage des connaissances et la participation active de tous. Face aux enjeux de la complexité, cette approche se répand dans toutes les sphères de la société et donc, des entreprises publiques ou privées .

De nombreux dirigeants partagent ainsi ce constat : le manque de coopération est un obstacle à la créativité et à la performance des organisations alors que la richesse du collectif peut faire la différence tant au plan social qu’au plan business. L’intelligence collective est ainsi une réponse appropriée à la complexité croissante des environnements dans lesquels il n’y a plus de réponse simple et unique.

Mais celle ci se construit à travers la mise en place de conditions favorables en terme de lieu, d’état d’esprit, de fonctionnement. Il faut apprendre les questionnements, l’acceptation du regard d’autrui, la capacité à reconsidérer ensemble une situation ou un projet….

Un Tiers-Lieu, en bref 

Un lieu pour travailler seul, en groupe ou à distance avec :

  • Des échanges favorisés ou une tranquillité préservée
  • Des regards et compétences multiples qui nous permettent de voir les différents axes d’amélioration de nos actions
  • Des outils qui permettent de passer de l’intention à la concrétisation     

Ces Tiers Lieux peuvent prendre la forme :

  • D’espaces de travail partagés : Les « coworking »
  • D’ateliers partagés, de fablab (laboratoire de fabrication)
  • De ressourcerie
  • Et bien d’autres …

Grenoble ECO LAB est lui, un lieu d’initiation de projets partagés avec :

  • Des bureaux seuls ou partagés et salle de réunion
  • Des experts réunis sur des thèmes définis
  • Une méthode ouverte, structurée pour travailler seul ou en groupe
  • Des formations aux partages de compétences entre adhérents

Mais aussi des :

  • Conférences et tables rondes
  • Expositions artistiques et espaces show room pour les « savoir-faire » locaux
  • Salon de réception avec de véritables « Grenoble’s Touchs »
  • Afterworks et autres festivités

Car un porteur de projet est aussi un créatif qui aime partager, échanger, apprendre mais aussi parfois, s’isoler, se détendre ou découvrir d’autres regards et d’autres talents dans un cadre atypique .

Pour conclure sur les Tiers Lieux :

Il y a autant de définitions qu’il y a de modèles ou d’usages de ces espaces. Il s’avère souvent inutile de débattre sur la terminologie de ces “tiers-lieux” mais nous aimons nous référer au premier manisfeste des Tiers-Lieux de Yoann Duriaux et Antoine Burret qui vise à améliorer la compréhension de la dynamique des Tiers-Lieux de manière à diffuser ses valeurs et à démultiplier son impact sur la société : http://movilab.org/index.php?title=Le_manifeste_des_Tiers_Lieux

Nos voisins stéphanois nous en font néanmoins un résumé simple et pragmatique que nous vous partageons : https://vimeo.com/84773714

Leurs modèles de financement se développent entre économie traditionnelle et contributive en se basant sur les ressources générées par leurs activités mais aussi des partenariats publics, privés et personnels.

Et pour finir, voici le lien du Plan d’action gouvernemental :

https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/le-gouvernement-sengage-pour-les-tiers-lieux